Lac de Montorge

J’avais entendu parler de ce lac mais je n’y étais jamais allée. Le beau temps de ce dimanche m’a donné l’envie de randonner et c’est le Lac de Montorge que j’ai choisi.

Quelques kilomètres en dessus de Sion, à l’entrée du village du même nom, il faut partir sur la gauche pour trouver un petit parking au milieu d’un petit sous-bois tout à coté du lac. Le chemin tout plat fait le tour dans un décor merveilleux. L’automne donne des couleurs incroyables aux arbres et la végétation qui se reflètent dans l’eau comme dans un miroir. C’est tout simplement splendide et magique. Je suis sure que chaque jour qui passe change la couleur des arbres qui passe du vert au jaune ou orange. J’étais très émue d’admirer cette nature et ce paysage fabuleux et je crois bien que c’est le plus beau lac de la région que j’aie vu. Si vous le pouvez, évitez d’y venir un dimanche car il y a un monde fou et beaucoup de chiens qui doivent être tenus en laisse. Gamy s’est fait une joie de faire le guignol en apercevant au loin ses congénères mais sans aboyer….oui oui !

Après le tour du lac, si vous en avez envie, vous pouvez monter voir le château qui surplombe le site. Je n’y suis pas montée, mais j’ai l’impression de ça monte sec ! peut-être pour une prochaine fois.

le caillou

Vous avez certainement lu l’article du blog qui parle des cailloux décorés. Alors je vous informe que le premier a été déposé aujourd’hui au bord du chemin. Si vous commencez la balade par la gauche du lac, regardez bien au début du parcours sur votre gauche près de la maison, il y a de gros arbres…! Si vous jouez le jeu et que vous avez la chance de le trouver, emportez-le avec vous et déposez-le ailleurs lors de votre prochaine randonnée. Les enfants qui décorent ces cailloux prennent beaucoup de plaisir à le faire pour divertir encore plus vos balades et je les remercie.

Et si je vous parlais de la roselière; savez-vous ce que c’est ? La roselière est la ceinture de végétation dense sur les rivages des lacs, étangs et cours d’eau. Cette zone de transition entre la terre ferme et l’eau est occupée par des roseaux, des massettes,

les massettes

des joncs ou des laïches notamment. La roselière peut être perçue comme une encombrante barrière végétale empêchant la vue sur le lac. Mais elle est précieuse, car nombre d’espèces y trouvent nourriture et tranquillité pour se reproduire ou se reposer. Par exemple, on peut y observer la rousserolle effarvate, un agile petit oiseau qui niche entre les tiges des roseaux.

Rousserolle

Nombre de libellules sont présentes dès le printemps pour se nourrir et se reproduire. Le brochet, véritable requin d’eau douce, se dissimule entre les pieds de plantes pour surprendre ses proies. Les fauches des roselières bordant le lac sont limitées aux points de vue et aux zones qui s’atterrissent.

Photo de Nataly Grb sur Pexels.com
%d blogueurs aiment cette page :